Vente de thé indien, japonais, chinois au particulier et à l'horeca
Bienvenue, Mon compte

Le thé Noir

Le thé Noir est fabriqué selon le même procédé que le thé Oolong, mais on laisse le thé fermenter.
Son processus d’élaboration a 5 étapes bien différenciées.

Flétrir les feuilles de thé

Ceci, débute dès la cueillette, et a pour but de rendre la feuille plus souple, afin de pouvoir la rouler, sans la briser. Elle consiste en une déshydratation de la feuille. Pour cela, les feuilles sont répandues en couches minces sur de grandes claies en toile de jute ou des treillis métalliques, cette opération se fait en général dans des greniers où un courant d’air circule. Cette opération dure de 18 à 20 heures. Afin d’accélérer ce processus, beaucoup de manufactures sont équipées de procédés pour cette opération plus modernes, en tunnel, ou en cuve.

Le roulage

Ces mêmes feuilles sont roulées dans les sens de la longueur, le but étant de briser les cellules des feuilles afin d’en libérer les huiles essentielles, qui donneront au thé sa saveur caractéristique.

Le criblage

Cette opération permet de trier les feuilles selon leurs tailles, leurs épaisseurs, mais aussi de séparer celles qui sont entières de celles qui sont cassées.

La fermentation

Aboutit à la transformation de la feuille de thé en thé noir. Différente du processus « flétrir les feuilles », la fermentation est une humidification de la feuille. Pour cela, les feuilles sont placées en couches minces sur des plateaux de ciment en verre ou en aluminium, et ce pour éviter toute contamination des feuilles par de la saleté. La fermentation est fondamentale car c’est à partir de celle- ci que dépendra la qualité du thé.

La dessiccation

Le but de la dessiccation est de stopper la fermentation au moment voulu. Il faudra donc déposer les feuilles dans une atmosphère sèche. Plusieurs éléments interviennent lors de cette opération dont la température et la durée peuvent varier. Celles-ci vont fluctuer en fonction de la région et de la teneur des feuilles en eau. Si par exemple l’étape de la dessiccation est trop faible, cela risquerait d’entraîner de petites moisissures au niveau des feuilles. Si par contre la dessiccation est trop élevée, le thé perdrait une bonne partie de son arôme.

Le thé noir fumé ou grillé

Les feuilles utilisées pour les thés noirs fumés sont âgées, mais en les fumant, on obtient une infusion parfumée subtile. Après le roulage, les feuilles sont légèrement grillées sur une plaque de fer chaude, puis disposées sur des claies de bambou au dessus d’un feu de racines d’épicéa afin d’en prendre l’odeur et le goût. Le temps de cette opération varie en fonction du degré de fumage que l’on souhaite obtenir.

Différencier le thé vert, le thé noir et le thé Oolong

Il faut savoir que le thé noir et le thé vert proviennent à l’origine de la même plante. C’est leur mode de préparation qui crée des caractéristiques différentes.

Le thé noir devient  » noir  » car il fermente, ce qui provoque une oxydation de ses feuilles, elles ont alors tendance à devenir brunes, voire noires. Le thé subit une fermentation enzymatique qui rend son temps de conservation plus élevé que celui d’un thé vert.

Le thé vert garde sa couleur car il sèche simplement .Comme le thé vert ne fermente pas, il gardera plus de polyphénols (substances recommandées par certains diététiciens). Il est plus riche en théine, caféine et vitamine C. Il est réputé pour avoir les propriétés thérapeutiques des plus efficaces et probablement des vertus curatives contre le vieillissement et certaines formes de troubles de la santé. Il est gorgé de vitamines C, donc excellent pour la santé.

Le thé Oolong quant à lui contient plus de polyphénols que le thé noir, mais moins que le thé vert.